Et la Coccinelle prit son envol…

Et la Coccinelle prit son envol…

02
août
2018
Après 73 ans de bons et loyaux services, la Coccinelle a bien mérité sa retraite ! Cette voiture pas comme les autres a traversé les générations tout en suscitant la même admiration. Suite à l’annonce de l’arrêt de sa production, vous avez partagé votre fierté, vos souvenirs, mais aussi votre avenir sous la bannière #CoccinelleEtMoi.

 

« Jamais je ne vendrai la mienne », « Je garde la mienne aussi » « Impossible de la lâcher »… Les messages accompagnant les photos postées en réponse à l’annonce de l’arrêt de la production montrent bien que l’amour qui unit les propriétaires de Coccinelle à leur véhicule est sans limites. Sans limites, à l’image de ce modèle caméléon, qui a incarné tour à tour la praticité, la durabilité, le sport automobile, le style, l’évasion, la passion, la folie et un peu tout cela à la fois.

 

Depuis deux semaines, presque deux cent fans nous ont ainsi envoyés les photos bien personnelles de leurs Coccinelle, que nous avons publiées sur notre compte Instagram @vw_france. Laissons donc la Coccinelle prendre son envol avec un petit florilège…

 

73 ans de bonheur, tout simplement

 

C’est en 1945 que le major britannique Ivan Hirst va déceler dans l’usine de Wolfsburg le potentiel de la Type 1, l’ancêtre de la Coccinelle. Cette petite berline, agile et peu coûteuse, va alors se frayer un chemin vers le succès dans le monde entier. 10 000 Coccinelle sont déjà sorties des chaînes de montage à la fin 1946, puis 250 000 en 1951, 1 million en 1955 et 5 millions en 1962…

Le modèle s’enrichit de nouveaux équipements, de motorisations 34 puis 50 ch, se décline en version décapotable. L’histoire devient peu à peu une légende, la légende devient un mythe, bien aidé par la créativité des passionnés ainsi que le 7ème art. De la Formule V aux buggies, la Coccinelle a servi de base à une multitude de déclinaisons, toujours sans limites. Au Mexique, la dernière Coccinelle n’est sortie des chaînes de montage de l’usine de Puebla qu’en 2003.

Entre temps, la New Beetle avait fait son apparition, dès 1998. Une nouvelle fois en avance sur son temps, elle a préfiguré la tendance vintage. En 2011, place à la Nouvelle Coccinelle, dont les nombreuses versions font hommage à sa polyvalence : cabriolet, sportive ou même crossover avec la sublime Coccinelle Dune.

 

Dites lui « adieu » avec Coccinelle Ultimate

Avant de tirer sa révérence, la Coccinelle se décline en une série spéciale de 150 exemplaires coupé et 150 exemplaires cabriolet : la très sportive Coccinelle Ultimate. Basée sur une finition R-Line, elle annonce clairement la couleur avec son spoiler arrière, ses vitres arrière surteintées en version coupé, ainsi que les pare-chocs et bas de caisse sport. Pour la nostalgie, un sticker « Coccinelle » vient décorer le bas des portières et pour les performances, vous aurez le choix entre deux motorisations, dont un 2.0 TSI de 220 ch, avec boîte à double embrayage DSG.

 

Vous trouverez également les autres finitions de la Coccinelle en concession pendant quelque temps, avant de leur dire définitivement adieu. Mais cette page de l’histoire de Volkswagen ne se tournera jamais vraiment, tant qu’il restera des passionnés pour susciter chez les petits et grands du monde entier l’émotion intacte ressentie au passage d’une Coccinelle. Certaines légendes ne meurent décidément jamais.

Évaluation

Aidez nous à vous proposer des contenus plus adaptés à vos attentes.