Des essais à la compétition : Le pilote français Eric Camilli au volant de la Volkswagen Polo GTI R5 pour ses débuts en rallye.

Des essais à la compétition : Le pilote français Eric Camilli au volant de la Volkswagen Polo GTI R5 pour ses débuts en rallye.

14
septembre
2018
En attendant d’être acquise par les écuries de rallye pour la saison prochaine, la nouvelle Polo GTI R5 effectuera ses premiers tours de roue en compétition du 25 au 28 octobre 2018, lors du rallye d’Espagne (WRC 2). Une occasion pour Volkswagen Motorsport et le duo français Eric Camilli/Benjamin Veillas de se mettre en valeur !

 

 

Après un an d’essais intensifs, l’heure de vérité approche pour la Polo GTI R5. La petite dernière de Volkswagen Motorsport aura l’occasion de faire la démonstration de la précision de son châssis et de la puissance de ses 272 ch à l’occasion de la manche espagnole du championnat du monde WRC 2.

 

Le choix de cette épreuve du calendrier ne doit rien au hasard puisqu’elle a la particularité d’être disputée aussi bien sur asphalte que sur gravier. Une manière idéale de « lancer » la Polo GTI R5 auprès des 8 écuries clientes qui pourront, l’an prochain, se répartir les 15 véhicules proposés par Volkswagen Motorsport afin de concourir dans divers championnats nationaux et internationaux.

 

Se frotter à la concurrence, ne pas manquer d’ambition

Au volant, les français Éric Camilli et Benjamin Veillas sont tout sauf des inconnus dans la catégorie WRC 2. Pour preuve, leur saison 2017 a été ponctuée par trois podiums, dont une victoire lors du rallye d’Allemagne, les propulsant à la seconde place du championnat du monde !

 

Ce duo de choc a été aux commandes du bolide durant un tiers des 10 000 kilomètres d’essais réalisés. Et leurs retours sont tout à fait encourageants : « Après une année d’essais intensive, je suis très motivé pour réussir. Nous nous préparerons consciencieusement pour le rallye d’Espagne et, avec un peu de chance, nous pourrons lancer la carrière de la Polo GTI R5 avec un bon résultat » observe le pilote Éric Camilli, attaché à la marque puisque l’une de ses premières voitures à la ville était une… Polo.

 

« La voiture réagit très précisément quand vous conduisez », poursuit-il. « Je pense que c’est une très bonne voiture R5, même si nous ne le saurons vraiment qu’après le rallye d’Espagne et la première comparaison en face-à-face avec la concurrence. » Un mélange d’ambition et de prudence qui devrait faire merveille sur les routes espagnoles, sur lesquelles la Polo GTI R5 constituera l’une des principales attractions.

Évaluation

Aidez nous à vous proposer des contenus plus adaptés à vos attentes.