Jean-Pierre Beltoise

Jean-Pierre Beltoise

11
février
2015

Volkswagen rend hommage à une légende du sport automobile

86 courses de Grand Prix en Formule1, 8 podiums, 14 participations aux 24 heures du Mans, cinquième pilote mondial en 1969, vainqueur du Grand Prix de Monaco en 1972, mais aussi de nombreuses victoires à moto, F3, F2, prototype sport et tourisme : voilà qui trace les grandes lignes du palmarès de la légende Jean-Pierre Beltoise, décédé le 5 janvier dernier à Dakar.
Hommage à un pionnier de la course automobile moderne autant que de la sécurité routière, dont Volkswagen est fier d’avoir été partenaire.

Il y a 50 ans, chaque course automobile était un défi à la mort. Jean-Pierre Beltoise en a fait l'expérience à ses dépens dès le 4 juillet 1964. Alors détenteur de onze titres de Champion de France moto, il commence sa carrière automobile aux 12 heures de Reims, une course qui aurait pu être sa dernière. Sa voiture sort de piste à cause d’une flaque d’huile et prend feu après quelques tonneaux. On apprend sa mort à la radio, avant qu'il ne soit retrouvé dans le fossé, éjecté dès le premier tonneau, raconte-t-il dans son livre témoignage Défense de mourir (éd. Solar, 1968 ; éd. du Palmier 2012) publié en 1968. S'en suivront dix mois d'hospitalisation et une séquelle au coude gauche.

Jean-Pierre Beltoise reprend la compétition avant même son rétablissement complet et obtient une victoire au goût de revanche sur le même circuit. Il en fallait plus pour décourager ce passionné d'auto et moto depuis toujours. Né à Boulogne-Billancourt en 1937, il découvre les sports automobiles à l'autodrome de Linas-Montlhéry et est attiré très jeune par la mécanique, passion qui ne sera jamais démentie. Le champion joue pourtant de malchance et subit de nombreux problèmes techniques de batterie en 1968 à Jarama (Espagne), de cardan en 1969 à Monaco, de suspension en 1969 à Nürburgring (Allemagne), une crevaison en 1970 à Charade, une crevaison  en 1972 à Brands-Hatch (Angleterre) et un moteur cassé en 1973 à Zolder (Belgique) - entre autres.

Malgré tout Jean-Pierre Beltoise avance, évoluant de la moto à la F3 puis à la F2 jusqu'en 1975, période pendant laquelle il côtoie les légendes Jim Clark et Jackie Stewart. Entre 1963 et 1977, il affirme encore sa polyvalence en sport prototype, qui lui vaut 12 victoires, 5 podiums, 7 pôles positions et 4 meilleurs tours, puis en tourisme. Il remporte notamment les 24 heures du Mans en 1976 en catégorie GTP (équivalent américain des Groupe C du championnat du monde).

Jean-Pierre Beltoise met fin à sa carrière en Formule 1 en 1975. Il continuera cependant le sport automobile jusqu'en 1993 en Supertourisme, catégorie ou il remporta deux titres de Champion de France. Ses deux fils Anthony et Julien, tous deux pilotes automobiles, suivent ses pas. Une postérité préparée également par le biais du circuit de Haute Saintonge pour l'éducation à la bonne conduite inaugurée en 2009 dont il initie le projet. La philosophie « conduire juste » chère à Jean-Pierre Beltoise trouve également une continuité sur le circuit portant son nom à Trappes. Ainsi, la société Beltoise Evolution propose notamment des stages et formations complémentaires au permis de conduire en partenariat avec Volkswagen. 

Victoire de Jean-Pierre Beltoise au grand prix de Monaco en 1972

Évaluation

Aidez nous à vous proposer des contenus plus adaptés à vos attentes.