Ogier rêve d'un 3ème succès

Ogier rêve d'un 3ème succès

04
mars
2015

Après la neige et la glace, place maintenant à la terre avec le Rallye du Mexique que Sébastien Ogier a remporté en 2013 et 2014. En cas de succès, l’occasion serait belle pour le Français, vainqueur des deux premières étapes de l’édition 2015 du WRC, de se détacher, ce qui permettrait à la Polo R WRC de rester invaincue sur les terres mexicaines.

Doit-on parler de pression sur les épaules de Sébastien Ogier ? Certainement pas à en croire l’intéressé puisque le Gapençais, fort de ses deux titres mondiaux et de ses deux victoires en Amérique centrale, sans oublier ses débuts fantastiques sur le Monte-Carlo et en Suède, se place, cette année encore comme le grand favori du Championnat du Monde WRC.
Un rôle qu’Ogier assume : « Le fait d’avoir remporté les deux premiers rallyes de la saison m’apporte beaucoup de sérénité et ce sont mes poursuivants qui subissent la pression, pas moi. Et puis, il y a ce petit supplément de confiance que procure le fait d’être sorti vainqueur de cette bagarre serrée en Suède ». 

stand WRC Rallye du Mexique

Attention à l’altitude 

Mais, pour cette troisième étape, la première hors du continent européen, le décor sera totalement différent. Si les pilotes seront heureux de retrouver la terre qu’ils ont délaissée depuis le Rallye de Catalogne en octobre dernier, leur attention se portera sur le comportement de leur voiture face à l’altitude, car l’oxygène sera moindre au-dessus de 2 000 mètres. Mais là, sur ce phénomène, Sébastien Ogier prend du recul : « Lors des deux dernières éditions le rendement de notre Polo R WRC n’a pas été affecté par l’altitude et pourquoi voulez-vous que cela change ».

De longues spéciales poussiéreuses et étouffantes

L’une des caractéristiques de ce rallye qui se déroulera à Leon, ville minière de l’état de Guanajuato, au nord-ouest de Mexico, c’est la longueur des spéciales sur des revêtements poussiéreux et parfois étouffants dans les montagnes des Sierra de Lobos et Guanajuato.
21 spéciales chronométrées en quatre jours, le programme sera une nouvelle fois dense et, en dehors de la mise en route traditionnelle lors d’une « ES » à travers les anciens tunnels de mines, la double spéciale de vendredi « El Chocolate » sur 44,13 km donnera de sérieux indices. Samedi, des spéciales « longues distances », les 14 et 18 d’Otates sur 42,90 km seront le clou de la journée.
Dimanche, deux parcours chronométrés ainsi que la Power Stage donneront le verdict d’un rallye jugé par Julien Ingrassia, le copilote de Sébastien Ogier, comme piégeux : « L’altitude (ndlr : entre 1 800 m et 2 800 m) essouffle énormément les moteurs et ça peut leur faire perdre jusqu’à 25 % de puissance. Cependant, ici les pistes en terre sont souvent entrecoupées de conduites en béton qui servent à évacuer les eaux lors des fortes pluies et celles-ci peuvent devenir de véritables pièges lorsqu’on est lancé à 120 km/h. Ce rallye n’est pas particulièrement cassant, mais gare aux pierres qui peuvent apparaître au fur et à mesure des passages dans les cordes ».


Volkswagen veut capitaliser

Alors que Sébastien Ogier à bord de sa nouvelle version de la Polo R WRC (1600 cm3 - 315 ch) est bien installé à la première place du classement général  avec 53 points, l’apparition du Belge Thierry Neuville (30 points) sur Hyundai i20 WRC à la seconde place ex aequo avec Andréas Mikkelsen sur Polo R WRC motive particulièrement ce dernier tout comme Jari-Matti Latvala relégué au quatrième rang.
Si Volkswagen devrait continuer à occuper la première place du classement « constructeurs », il est fort probable que les positions dans le classement « pilotes » soient bouleversées, car que ce soit Mikkelsen et encore plus Latvala, l’écurie VW compte bien faire 1, 2 et 3 au terme de l’étape mexicaine…

Reportage de Dominique ROUDY

Le programme 

Jeudi 5 mars :
ES1 Street Stage Guanajuato (1,01 km), 19h09
ES2 Super Spéciale 1 (2,30 km), 20h29
ES3 Super Spéciale 2 (2,30 km), 20h34

Vendredi 6 mars :
ES4 Los Mexicanos 1 (9,91 km), 9h02
ES5 El Chocolate 1 (44,13 km), 9h35
ES6 Las Minas 1 (15,54 km), 10h38
ES7 Street Stage León 1 (1,37 km), 12h16
ES8 Los Mexicanos 2 (9,91 km), 14h59
ES9 El Chocolate 2 (44,13 km), 15h32
ES10 Las Minas 2 (15,54 km), 16h35
ES11 Super Spéciale 3 (2,30 km), 18h10
ES12 Super Spéciale 4 (2,30 km), 18h15

Samedi 7 mars :
ES13 Ibarrilla 1 (30,27 km), 9h28
ES14 Otates 1 (42,90 km), 10h41
ES15 Ibarrilla 2 (30,27 km), 15h09
ES15 El Brinco 1 (8,25 km), 12h08
ES16 Street Stage León 2 (1,37 km) 13h16
ES17 Ibarrilla 2 (30,27 km), 15h09
ES18 Otates 2 (42,90 km), 16h22
ES19 El Brinco 2 (8,25 km), 17h15
ES20 Super Spéciale 5 (2,30 km), 18h10
ES21 Super Spéciale 6 (2,30 km), 18h15

Dimanche 8 mars :
ES22 Guanajuatito (55,82 km), 9h53
ES23 Derramadero (11,59 km), 11h16
ES24 El Brinco - Power Stage (8,25 km), 12h08

Évaluation

Aidez nous à vous proposer des contenus plus adaptés à vos attentes.