Volkswagen et Ogier : extraordinaires !

Volkswagen et Ogier : extraordinaires !

20
décembre
2013

Fantastique, incroyable, formidable, exceptionnelle, sensationnelle, les qualificatifs sont nombreux pour reconnaître l’étendue de la performance de Volkswagen. Champion du monde des Constructeurs, n°1 mondial avec Sébastien Ogier, vainqueur de la catégorie copilote grâce à Julien Ingrassia, pour sa première année dans le championnat du monde des rallyes WRC la marque allemande a réalisé un exploit retentissant. De plus, la Polo R WRC a su s’adapter à toutes les difficultés des terrains rencontrés entre terre et asphalte en répondant présent.

Incontestablement, Volkswagen, c’est une grande équipe, n’ayons pas peur des mots. Profitons-en pour revivre les moments forts d’une saison… extraordinaire.

Déjà, lors de la présentation du team Volkswagen à Monte-Carlo, il y tout juste un an, les Allemands avaient marqué les esprits tout comme le pilote Sébastien Ogier qui affichait clairement ses intentions : « si je viens dans le WRC, c’est pour faire quelque chose de grand… ». 

Ni une, ni deux puisque dès le premier rallye, et non des moindres, celui de Monte-Carlo, Ogier, Volkswagen et la Polo répondent présents. L’équipage de la Polo R WRC n°8 Ogier-Ingrassia ne remporte peut-être pas le rallye, mais s’intercale avec brio entre les deux pilotes de chez Citroën : le vainqueur Sébastien Loeb et le troisième Dani Sordo.

Ogier marque son territoire

Un signe fort d’autant qu’en Suède, début février, Ogier remporte 11 des 22 spéciales. Sur des routes boisées et enneigées, le pilote VW s’impose et en impose. « L’équipe Volkswagen m’a fourni une Polo R WRC parfaite tout le week-end et les techniciens ont réalisé un travail fantastique », reconnaît le Gapençais qui, du même coup, prend, dès le deuxième rallye WRC, la tête au général. Le ton est donné et ça promet…
Qu’il pilote sur neige ou sur terre, la détermination, mais surtout les qualités techniques du pilote leader de chez VW sont telles que rien ne l’arrête. Au Mexique, puis au Portugal, Sébastien Ogier aligne les performances. Avec trois succès sur les quatre premiers rallyes, Séb’ fait main basse sur le classement général, tout comme Volkswagen au classement Constructeurs.

En Argentine, bien qu’Ogier ne termine que second derrière Loeb, la marque allemande conserve la pole position dans les deux classements.

Latvala prend le relai

L’esprit d’équipe fonctionne à plein régime du côté de l’écurie de Wolksburg et lorsque le leader, en l’occurrence Sébastien Ogier, connaît quelques défaillances techniques (ndlr : problème d’alimentation d’essence) sur le rallye de Grèce, le Finlandais Jari-Matti Latvala prend le relai.
Le Scandinave et son copilote Mikka Anttila font le « show », tandis qu’Ogier doit se contenter de la victoire dans la power stage. Cette percée de l’équipage scandinave permet à Latvala de s’installer juste derrière Ogier au général.

Le Gapençais sur des allures de champion

Après deux rallyes (ndlr : Argentine et Grèce) où Sébastien Ogier doit se contenter des places d’honneur, le Français reprend du service. En clair, sur les routes étroites et difficiles de Sardaigne, la Polo R WRC n°8 aligne, de spéciale en spéciale, les succès. Avec 7 « ES » à son actif  sur 16, Ogier retrouve les joies de la victoire : la 4ème de la saison.

Nous sommes à la mi-championnat et Ogier a le profil parfait du champion en puissance dans une épreuve où Volkswagen domine également le classement constructeurs. Finalement, le duel annoncé entre VW et Citroën semble déjà du passé tellement l’écart entre les deux constructeurs est grande : 46 points pour les Allemands.

Après quelques jours de vacances, c’est le retour à la compétition pour celui qui s’est imposé dans cette première partie de saison. C’est début août en Finlande sur le terrain où les pilotes de la spécialité sont nombreux que le Haut-alpin réussit à s’imposer. « Cette victoire en Finlande, c’est un rêve qui se réalise. C’était ma première expérience ici et les performances de la Polo R WRC m’ont scotché ».

Et de 5 !

Vainqueur pour la cinquième fois (ndlr : après les rallyes de Suède, du Mexique, du Portugal et de Sardaigne) au terme d’un rallye reconnu pour être le plus rapide du monde, cela va permettre à Ogier de gérer différemment la fin de la saison.
En Allemagne, dans le pays du constructeur, les deux camarades que sont Ogier et Ingrassia savent très bien, qu’en cas de succès, ils peuvent être couronnés. Fin août, alors que le challenge est de taille, les malheurs s’accumulent. Le premier jour, Ogier est victime d’une sortie de route. Le lendemain, c’est au tour de Latvala de connaître la même mésaventure.
Le rallye outre-Rhin revient à Dani Sordo (Citroën), mais cela n’entame vraiment en rien le moral de Sébastien Ogier qui reste bel et bien leader au général, tout comme son constructeur dans son classement.
Avant d’aborder le rallye de France en Alsace, Ogier va faire un petit tour gagnant en Australie avec 19 victoires sur 22 spéciales. A un point près, le Français aurait pu être sacré champion du monde, mais il devra attendre…

L’Alsace consacre Ogier

Quelle consécration ! C’est en France, le 25 octobre 2013, sur les terres de Sébastien Ogier, nonuple champion du monde de la spécialité, mais qui n’a disputé que quatre rallyes cette saison, qu’Ogier va connaître « le plus beau jour de sa vie ».  

La meilleure manière de s’imposer, c’est d’attaquer. A ce petit jeu, Ogier met d’entrée la pression sur ses adversaires. Dès le premier jour, et grâce à sa troisième place lors de la power stage, il est déclaré champion du monde.
Le lendemain, la joie qui entoure la plus importante victoire de leur carrière laisse des traces. Lors des deux derniers jours, Ogier et Ingrassia reviennent au commandement et s’adjugent finalement le septième rallye de la saison.
Partageons avec Sébastien Ogier ce grand moment de bonheur : « Remporter, ici en Alsace, le championnat du monde, est un rêve qui devient réalité. Avec Julien, nous sommes champions du monde. Vous le croyez ça ? C’est fou ! Cela ne m’empêche pas d’être conscient que le rallye est un sport d’équipe. Sans ce formidable team Volkswagen, je n’en serais pas là. Qu’il s’agisse des mécaniciens, des ingénieurs et des truckly (ndlr : les chauffeurs des camions semi-remorques). Je veux remercier tout le monde. Et vous pouvez me croire, nous allons fêter cela comme il convient… ». 

Volkswagen sur tous les fronts

Champions du monde dans leur catégorie, Ogier et Ingrassia veulent amener Volkswagen au titre suprême des Constructeurs. La victoire des deux français fin octobre en Espagne déclenche un nouveau succès pour Volkswagen avec celui officiel des Constructeurs.
Sébastien Ogier est animé d’une envie de victoire hors du commun. Mi-novembre, sur les routes du Pays de Galles, les Polo R WRC en font voir de toutes les couleurs aux pilotes de chez Ford et de chez Citroën, comme en fait ce fut le cas depuis le début de la saison. Ogier et Ingrassia l’emportent pour la neuvième fois sur treize rallyes et Jari-Matti Latvala avec Mikka Anttila terminent sur le podium à la troisième place au général.

Ogier et Volkswagen honorés

Quelle saison ! Partout où Ogier est passé, le pilote Volkswagen a été félicité par sa saison exemplaire. Dernièrement, le champion du monde a été honoré à Londres dans le cadre des « Autosport Awards », puis en Allemagne lors des « Auto Bild Motosport ».
A Paris, début décembre, lors de la remise des prix FIA 2013, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia ont reçu des mains de Jean Todt, fraîchement réélu à la présidence de la Fédération internationale, les trophées de Champion du monde des rallyes 2013. De son côté, le Dr Heinz-Jacob Neusser, membre du directoire de chez Volkswagen, a reçu le trophée de Champion du monde des Constructeurs.   

Reportage de Dominique ROUDY

Évaluation

Aidez nous à vous proposer des contenus plus adaptés à vos attentes.